JARD'INFO 5

5096601 7 fee7 le roundup a14b715c88dd72aeb44a587c66c21096

 

La justice fédérale américaine a déclassifié, mercredi 16 mars 2017,

plus de 250 pages de correspondance interne de la firme agrochimique.

Celle-ci montre que l’entreprise s’inquiétait sérieusement, dès 1999,

du potentiel mutagène du glyphosate

, principe actif de son produit phare, le Roundup,

et molécule phytosanitaire la plus utilisée au monde.

Ces documents internes de la firma de Saint Louis (Missouri)

ont été rendus publics dans le cadre d'une action collective

portée devant une cour fédérale de Californie

par plusieurs centaines de travailleurs agricoles

touchés par un lymphome non hodgkinien (cancer du sang).

S'appuyant sur un avis rendu en mars 2015

par le Centre international de recherche sur le cancer CIRC

les plaignants attribuent leur maladie au contact

prolongé avec l'herbicide commercialisé par Monsanto.

 

 

 

Rarement hasard du calendrier aura été plus embarrassant

pour une agence d'expertise.

 

 

La veille le 15 mars 2017 l'ECHA

Agence Européenne des Produits Chimiques

annonçait qu'elle ne considerait le glyphosate

ni comme cancerogène, ni même mutagène

 

Arton4818 cd3ba 260b7

 

 

Petit rappel

En mars 2015,

le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC)

de l'Organisation Mondial de la Santé OMS 

qualifie cette substance comme

"cancérogène probable pour l'humain"

 

Un an plus tard,

les législateurs européens devront se prononcer sur la prolongation

ou le retrait de la licence du glyphosate dans l'UE

Mais en avril 2016, l'OMS fait le grand écart.

Une autre de ses études -co-produite

avec l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO)-

soutient qu' il est peu probable que le glyphosate

provoque un risque cancérogène chez les humains

qui y seraient exposés par l'alimentation".

Ce rapport va dans le même sens que

l'étude de Autorité Européenne de Sécurité des Aliments EFSA

en novembre 2015, elle concluait à l'absence de danger pour l'homme,

dans les conditions actuelles d'usage et d'exposition.

 

La licence du glyphosate est prolongée

Face à la mobilisation citoyenne et aux incertitudes médicales,

les experts représentant les Etats membres de l'Union Européenne 

ne parviennent pas à se mettre d'accord.

Mais le 29 juin 2016, à quelques heures

de l'expiration de la licence de l'herbicide controversé,

l'exécutif européen se résout à accorder

une prolongation de 18 mois  à la substance.  

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau